Véronique De Keyser

Députée européenne et conseillère communale à Liège

Vice-Présidente du Groupe Socialistes et Démocrates du Parlement européen

Relations Union européenne – Maroc

16 février 2012

Le Parlement européen s’est exprimé aujourd’hui en faveur d’un accord entre l’Union européenne et le Royaume du Maroc.

Suite au processus de Barcelone, lancé en 1995, l’Union européenne a conclu des accords d’association avec de nombreux pays de la rive sud de la méditerranée. L’objectif était de renforcer le dialogue et la coopération entre les deux rives et d’établir une zone de paix, de sécurité et de prospérité. L’accord avec le Maroc est entré en vigueur en 2000.

Pour Catherine Trautmann, « il y a mieux et plus important à faire, et nous sommes insatisfaits de cet accord. Les répercussions sociales pour les populations concernées et la préoccupation environnementale n’étant pas suffisamment intégrées par la Commission européenne, les socialistes français se sont adressés directement à celle-ci pour qu’elle s’engage à mesurer l’impact en termes d’emploi et à évaluer les mesures d’accompagnement à mettre en place. Nous attendons en outre d’elle qu’elle intègre les normes sociales et environnementales dans tous les accords avec des pays tiers. Elle doit répondre aux critiques qui ont émergé pendant ce débat, et modifier sa politique commerciale internationale en la fondant sur une réciprocité effective ».

« Toutefois, nous ne pouvions pas adresser un signal négatif aux Marocains. L’accord de partenariat avec le Maroc pour les produits de l’agriculture et de la pêche – que l’ensemble du Parlement européen soutient – est un acte important concernant un pays qui entretient une histoire commune avec l’Europe depuis des siècles », explique l’élue.

« Bien sûr, nous avons également entendu les inquiétudes exprimées en Europe et en France, et c’est pour cette raison que nous avons vivement défendu l’amendement de Véronique De Keyser, stipulant que l’Europe doit compenser toute incidence négative sur les producteurs de l’Union européenne. Nous regrettons son rejet car nous pensons que cet accord doit vivre avec des garanties que la Commission doit rendre effectives. Nous continuerons de la rappeler à ses devoirs, et nous serons vigilants au respect par le Maroc des avancées auxquelles le pays s’est engagé en matière de droits de l’Homme.», ajoute l’eurodéputée.

« L’expansion économique du Maroc est un levier essentiel pour consolider un processus démocratique dont nous souhaitons la réussite. Alors que les élections législatives du 25 novembre ont été un exemple, nous devons encourager ces progrès », conclut Catherine Trautmann.

Les Nations Unies doivent réagir face à la violente répression de Bachar el-Assad

15 février 2012

Les Socialistes et Démocrates au Parlement européen apportent un soutient total à la proposition de la Ligue de déployer une force conjointe Nations Unies/Ligue arabe pour une mission de maintien de la paix en Syrie et invite le Conseil de sécurité à adopter une résolution à cet effet.

Les Socialistes et Démocrates condamnent fermement la brutalité aveugle du régime de Bachar el-Assad contre la population syrienne et plus particulièrement dans la ville de Homs. Ils en appellent une fois de à la cessation immédiate de cette violente répression, et au retrait sur le champ des troupes et tanks dans toutes les villes syriennes.

« Le régime syrien n’a pas réussi à se conformer aux lois internationales sur les droits de l’homme », a déclaré Véronique De Keyser, vice-présidente du Groupe S&D, « et le président Bachar el-Assad en assume la totale responsabilité en tant que chef constitutionnel de l’Etat syrien ».

« Nous en appelons de toute urgence à la cessation immédiate de la répression sanglante et du harcèlement des manifestants pacifistes et de leur famille, de la violence contre les travailleurs humanitaires, de la violence sexuelle et de la torture contre quiconque s’oppose au régime y compris les enfants. Nous en appelons aussi à la libération immédiate de tous les manifestants emprisonnés, des prisonniers politiques, des défenseurs des droits de l’homme, des bloggers et des journalistes. Nous demandons un accès total au pays pour les organisations humanitaires internationales et de droits de l’homme ainsi que pour les media internationaux.

Nous réitérons notre demande au président Bachar el-Assad et à son régime de se retirer immédiatement pour permettre la mise en place d’une transition pacifique et démocratique dans le pays.

Nous saluons l’engagement de l’UE de continuer à faire croître une pression internationale contre le régime syrien et nous soutenons la décision du Conseil des affaires étrangères du 23 janvier 2012 de mettre en place de nouvelles mesures restrictives contre le régime syrien. Nous en appelons à plus de nouvelles mesures ciblées. »

Le Parlement européen honore le Printemps arabe

11 décembre 2011

France Info: l’Europe au quotidien
Le Parlement européen honore le Printemps arabe

Dimanche 11 Décembre 2011

La session de décembre du Parlement européen est toujours l’occasion d’une cérémonie particulièrement émouvante: celle de la remise de son prestigieux Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit.

Chaque année depuis plus de 20 ans, les eurodéputés récompensent des personnes ou organisations qui luttent contre l’oppression et pour la liberté de pensée. Cette année, ils ont choisi d’honorer cinq figures, cinq « Activistes’ du Printemps arabe: le Tunisien Mohamed Bouazizi, l’Egyptienne Asmaa Mahfouz, le Lybien Ahmed al-Zubair Ahmed al-Sanusi, enfin deux Syriens, l’avocate Razan Zeitouneh et le caricaturiste Ali Farzat. Un choix qui s’est imposé comme une évidence.

Ces révolutions arabes ont remis en cause certains choix faits par les Européens dans leur soutien à certains régimes

Le Prix Sakharov est considéré comme l’équivalent européen du Prix Nobel de la Paix. C’est un prix militant qui soutient partout dans le monde des personnes qui s’illustrent par leur action en faveur de la liberté et les encourage à poursuivre leur combat. D’où la difficulté à mettre les groupes politiques d’accord, au risque parfois de nuire à la visibilité du Prix. Récemment le Parlement avait ainsi décidé de ne choisir plus qu’un seul lauréat, vivant, afin qu’il ait encore « un combat devant lui », comme le souligne l’eurodéputée belge Véronique de Keyser, vice-présidente du groupe socialiste.

Des nouvelles règles qui ont volé en éclats tellement le Printemps arabe s’est imposé comme une évidence cette année aux yeux des eurodéputés. Parce qu’ils ont été particulièrement touchés par la force et le symbole de ces révolutions, mais aussi parce qu’elles ont remis en cause certains choix faits par les Européens dans leur soutien à certains régimes, explique Véronique de Keyser.

Le Parlement européen a donc décidé de célébrer à titre posthume le Tunisien Mohamed Bouazizi qui a été le déclencheur des révolutions arabes en s’immolant par le feu le 17 décembre dernier. Son geste a provoqué un large mouvement populaire qui a mené à la chute du régime de Ben Ali.
La deuxième lauréate est la bloqueuse égyptienne Asmaa Mahfouz, l’une des fondatrices du « Mouvement des jeunes du 6 avril », qui avait lancé l’appel à se rassembler sur la place Tahrir au Caire, mouvement qui a conduit à la chute du raïs égyptien Hosni Moubarak.

Parmi les précédents lauréats du Prix Sakharov figurent Aung San Suu Kyi, Nelson Mandela et Anatoli Marchenko, Taslima Nasreen

Ont également été honorés Ahmed al-Zubair Ahmed al-Sanusi, 77 ans, un dissident libyen qui a passé 31 ans en prison en raison de son opposition au régime de Mouammar Kadhafi ; Razan Zeitouneh, avocate de 34 ans qui dirige des comités coordonnant la révolte en Syrie, dont le mari est en prison et qui est elle-même obligée de se cacher ; et enfin Ali Farzat, caricaturiste de presse, gravement battu en août par les forces de sécurité syriennes qui lui ont cassé les mains.

La cérémonie solennelle de remise du prix aura lieu ce mercredi 14 décembre dans l’hémicycle du Parlement européen à Strasbourg. Un an après la mort de Mohamed Bouazizi (le 17 décembre 2010).

Parmi les précédents lauréats du Prix Sakharov figurent Aung San Suu Kyi, Nelson Mandela et Anatoli Marchenko, Taslima Nasreen, Hu Jia, ou encore Memorial.

Pour réécouter l’émission cliquer ici.

Véronique De Keyser reçoit la délégation PC chinoise du Forum EU Chine à l’hôtel de ville de Bruxelles avec Freddy Thielemans

10 novembre 2011

Ce forum politique de haut niveau, avec les représentants du bureau politique du Parti communiste chinois et des représentant de tous les groupes politiques du Parlement Européen, a pour objectif d’approfondir la coopération et établir des ponts entre l’UE et la Chine dans différents domaines, notamment le partenariat économique, la démocratie, les droits de l’homme, mais aussi en matière sociale, de système judiciaire, de développement durable. En ouverture du Forum, Véronique De Keyser recevait la délégation chinoise du parti communiste ce 7 novembre à l’hôtel de ville de Bruxelles avec Freddy Thielemans. Voici l’article publié par « Chine Informations » ce 10/11/11:

Le PC chinois et des partis politiques du Parlement européen se penchent sur leur coopération UE
Copyright © Chine Nouvelle (Xinhua) – Wang Xiaojun, le 10-11-2011 01:02

Le Parti communiste chinois (PCC) et cinq partis ou groupes politiques du Parlement européen se sont penchés pendant trois jours sur leur coopération dans le cadre de la Stratégie 2020 de l’Union européenne (UE) et du 12ème Plan quinquennal (2011-2015) chinois, apprend-on mercredi de la cérémonie de clôture des travaux de la deuxième session du deuxième Forum de haut niveau de partis et groupes politiques Chine-UE à Bruxelles.

Les participants ont échangé des avis en profondeur pour renforcer la confiance mutuelle et conjuguer les efforts face aux défis mondiaux.

Wang Jiarui, ministre du département des affaires internationales du Comité central du Parti communiste chinois, a qualifié de « fructueuse » la deuxième session du deuxième Forum. A travers des échanges, les partis politiques chinois et européens prennent conscience de l’urgence et du potentiel de l’approfondissement de la coopération pragmatique entre la Chine et l’UE, a-t-il dit.

Pour Mme Véronique de Keyser, vice-présidente du groupe Socialistes-Démocrates, le forum est « un succès » pour devenir « un instrument nouveau pour discuter ensemble » et pour « accroître la confiance ». Helmut Scholz, eurodéputé du groupe de la Gauche, a noté que « le climat du forum s’est sensiblement amélioré », malgré l’existence de divergences entre le Parti communiste chinois et des partis politiques européens. Les intervenants européens ont exprimé le souhait de voir le forum se poursuivre et se régulariser dans le futur.

Selon Li Jinjun, vice-ministre du département des affaires internationales du Comité central du Parti communiste chinois, les représentants chinois et européens ont discuté de nouvelles idées et de nouveaux moyens concernant la dynamisation de la coopération pragmatique entre la Chine et l’UE, en particulier dans les domaines de la finance, du commerce, de nouvelles énergies et des économies à faible émission de carbone.

La deuxième session du deuxième Forum de haut niveau de partis et groupes politiques Chine-UE a été organisée par le Parti populaire, le Parti socialiste, le Parti libéral, les Verts et le groupe de la Gauche du Parlement européen. Liu Yunshan, membre du Bureau politique et du Secrétariat ainsi que ministre du département de la communication du Comité central du Parti communiste chinois, a pris part à la cérémonie d’ouverture de la session et a prononcé un discours thématique sur les relations sino-européennes.

Lettre de Véronique De Keyser à Catherine Ashton, Haute représentante pour l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité‎, à propos de la Libye

4 novembre 2011

Cliquer sur les images pour les agrandir

Le Printemps arabe, lauréat du prix Sakharov 2011

27 octobre 2011


Photo gauche: manifestations dans les rues d’Egypte, de Lybie, de Syrie et de Tunisie lors du Printemps arabe.
Photo droite : les cinq lauréats sont issus des pays ayant participé au Printemps arabe.

Parlement européen
Droits de l’homme – 27-10-2011 – 15:12

Le Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit 2011 du Parlement européen a été attribué à un groupe de cinq militants du printemps arabe en reconnaissance et soutien de leur combat en faveur de la liberté et des droits de l’homme. Parmi les 5 lauréats, Véronique De Keyser membre de la commission Droits de l’Homme a introduit la candidature de Mme Zaitouneh avocate des droits humains en Syrie. Le prix sera remis aux lauréats par le Président Jerzy Buzek lors d’une session solennelle du Parlement à Strasbourg, le 14 décembre.

Le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit est attribué cette année à Asmaa Mahfouz (Égypte), Ahmed al-Zubair Ahmed al-Sanusi (Libye), Razan Zeitouneh et Ali Farzat (Syrie) et, à titre posthume, à Mohamed Bouazizi (Tunisie).

Cette candidature a été présentée conjointement par les deux grands groupes : le Parti populaire, les Socialistes et démocrates ainsi que les Libéraux et démocrates et les Verts.

Suite à la décision prise par la conférence des présidents (composée du Président du Parlement et des dirigeants des groupes politiques), jeudi matin, le Président Buzek a souligné : « ces personnes ont contribué à des changements historiques dans le monde arabe et cette récompense réaffirme la solidarité et le soutien ferme du Parlement. C’est un symbole pour tous ceux qui travaillent pour la dignité, la démocratie et les droits fondamentaux dans le monde arabe et au-delà ».

Asmaa Mahfouz

Mme Mahfouz a rejoint le Mouvement égyptien des jeunes du 6 avril en 2008, en aidant à organiser des grèves pour les droits fondamentaux. Le harcèlement soutenu des journalistes et des militants par le régime de Moubarak ainsi que l’exemple tunisien ont conduit Mme Mahfouz à organiser ses propres manifestations. Ses vidéos sur Youtube et ses messages sur Facebook et Twitter ont contribué à motiver les Egyptiens à revendiquer leurs droits sur la place Tahrir. Après avoir été détenue par le Conseil suprême des forces armées, elle a été libérée sous caution en raison de la pression de militants de premier plan.

Ahmed al-Zubair Ahmed al-Sanusi

M. Ahmed al-Sanusi, également connu pour être le plus ancien « prisonnier d’opinion », a passé 31 ans dans les prisons libyennes à la suite d’une tentative de coup d’État contre le Colonel Kadhafi. Membre du Conseil national de transition, il œuvre désormais à « parvenir à la liberté et retrouver l’humanité » et à mettre en place les valeurs démocratiques de l’après-Kadhafi en Libye.

Razan Zaitouneh

Mme Zaitouneh, avocate des droits humains, a créé le blog syrien sur les droits de l’homme « Human Rights information link » (SHRIL) qui rend compte des atrocités actuelles en Syrie. Elle a révélé au grand jour les meurtres et atteintes aux droits de l’homme commis par l’armée et la police syriennes. Ses messages sont devenus une source importante d’information pour les médias internationaux. Elle est à présent recherchée par les autorités qui l’accusent d’être un agent à la solde de l’étranger et ont arrêté son mari et son frère cadet.

Ali Farzat

M. Farzat, satiriste politique en Syrie, est bien connu du régime syrien et de son dirigeant, le Président Bachar al-Assad. M. Farzat est devenu plus direct dans ses caricatures quand les soulèvements de mars 2011 ont commencé. Elles ont contribué à inspirer la révolte en Syrie. En août 2011, il a été gravement battu par les forces de sécurité syrienne qui lui ont cassé les mains en guise d’ « avertissement », et confisqué ses dessins.

Mohamed Bouazizi

M. Bouazizi, un vendeur ambulant tunisien s’est immolé par le feu en signe de protestation contre l’humiliation et le harcèlement incessants des autorités tunisiennes. La sympathie du public et la colère inspirée par ce geste ont conduit à évincer le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali du pouvoir. L’auto-immolation de M. Bouazizi a également suscité des soulèvements et des changements vitaux dans d’autres pays arabes comme l’Égypte et la Libye, collectivement connus connus sous le nom de « printemps arabe ».

Prix Sakharov pour la liberté de pensée

Le Prix Sakharov pour la liberté de pensée, nommé en l’honneur du physicien soviétique et dissident politique Andreï Sakharov, a été décerné par le Parlement européen chaque année depuis 1988 à des individus ou à des organisations qui ont apporté une contribution importante à la lutte pour les droits de l’homme ou la démocratie. Il est accompagné d’une récompense de 50.000 euros.

Cette année, les deux autres finalistes en lice étaient le militant pour les droits civiques biélorusse et journaliste, Dzmitry Bandarenk, et la communauté colombienne de San José de Apartado.

Va-t-on laisser Rafah Nached être réduite au silence ?

15 septembre 2011

Communiqué de presse de Véronique De Keyser
Députée européenne
Vice Présidente du Groupe Socialistes & Démocrates, en Affaires Etrangères, Développement et Droits de l’homme

Rassurer les jeunes Syriens de toutes confessions et de tous horizons politiques, les aider à dépasser leurs peurs engendrées par la situation dramatique et traumatisante qu’ils vivent, apaiser leurs angoisses face à l’avenir incertain, tel est le seul “crime” commis par la psychanaliste syrienne Rafah Nached pourtant arrêtée samedi à Damas !

C’est devant le Parlement européen que la deputée Véronique De Keyser a lancé ce jeudi 15 septembre, un appel au Parlement européen en faveur de Rafah Nached et a demandé à la Commissaire Malmström d’intervenir de toute urgence. Par cette interpellation, elle souligne que la liberté et la dignité sont plus que jamais en danger en Syrie où le pouvoir s’est lancé dans une politique de répression sans pitié et où il est urgent d’apporter à la population soutien et protection.

Des parlementaires européens socialistes et démocrates, dont Véronique De Keyser, soulignent des changements en matière de droits de l’homme en Colombie

26 juillet 2011


Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Des eurodéputés en mission en Colombie

26 juillet 2011


Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Violences sexuelles en RDC : 2,5 M d’euros de l’UE en faveur des victimes, mais la lutte contre l’impunité des tortionnaires doit se poursuivre

12 juillet 2011

En 2006 déjà, Véronique De Keyser fait adopter au Parlement européen un rapport sur les femmes dans les conflits armés. Suite à la proposition de résolution commune sur la République démocratique du Congo et les viols massifs dans la province du Sud Kivu adoptée le 7 juillet dernier à Strasbourg, elle se réjouit de la ratification ce lundi par l’Union Européenne et le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) d’une convention de financement d’un projet de soins de santé en faveur des victimes des violences sexuelles dans l’est du pays, déstabilisé par divers groupes armés.

Ce projet, d’un montant de 2,5 millions d’euros, non remboursable, vise à « améliorer durablement la capacité de prise en charge des victimes en mettant à leur disposition des soins de santé appropriés, dans les meilleurs délais et à des coûts dérisoires », souligne l’UE dans un communiqué. Il vise les centres médicaux et hôpitaux de référence dans les provinces du Nord-Kivu et Sud-Kivu, situés à proximité des zones les plus exposées au risque de violences sexuelles. Le service humanitaire de la Commission européenne (Echo) mène déjà des actions dans les domaines de la prise en charge des victimes, de leur réinsertion sociale, du plaidoyer et de la sensibilisation communautaire. L’UE soutient également la lutte contre l’impunité des violeurs et des tortionnaires à travers ses programmes d’appui à la justice et à la police.

En 2010, l’Agence américaine pour le développement international (USAID) avait accordé un total de 42M USD pour lutter contre les violences sexuelles dans l’est du pays, où des groupes armés sont toujours actifs et régulièrement accusés, tout comme certains militaires, de commettre des exactions contre les populations. Près de 250 femmes ont déclaré avoir été victimes mi-juin de violences sexuelles qui auraient été commises par des soldats en fuite emmenés par un colonel, dans trois villages du Sud-Kivu, selon des sources médicales congolaises. Selon l’ONU, début août 2010, au moins 387 civils, dont 300 femmes, ont été violés notamment par des rebelles hutus rwandais et des miliciens Maï-Maï dans 13 villages du Nord-Kivu.

Si Véronique De Keyser se félicite de l’avancée que représente ce soutien financier en faveur des victimes, elle reste très attentive à ce que tout soit mis en oeuvre pour mettre fin à l’impunité des violeurs.

Véronique De Keyser
Députée européenne
Vice Présidente du Groupe Socialistes & Démocrates au Parlement européen
Commission Droits de l’Homme