Véronique De Keyser

Députée européenne et conseillère communale à Liège

Vice-Présidente du Groupe Socialistes et Démocrates du Parlement européen

La Syrie de Bachar El Assad

2 mai 2011

Par Patrick Pesnot
le samedi de 13h20 à 14h01 sur France Inter
Rendez-vous avec X

Samedi 30 avril 2011
La Syrie de Bachar El Assad

Chaque jour ou presque, de nouveaux morts ! La Contestation et répression ne faiblissent pas en Syrie. Dans l’échiquier moyen-oriental, le pays semblait pourtant aux yeux des spécialistes l’un de ceux qui serait le plus hermétique au souffle du printemps arabe. L’impensable s’est donc produit. La Syrie, soumise depuis 40 ans au pouvoir du clan Assad, s’est donc soudain réveillée. Apparemment. Car il y a longtemps qu’elle est traversée par des vents contraires… Mais, jusqu’à maintenant, on réprimait en silence, à l’abri des frontières d’un Etat rigidifié et encore largement indéchiffrable pour le profane.

Monsieur X, qui a déjà évoqué la situation syrienne l’an dernier, se propose donc d’essayer de comprendre pourquoi la Syrie, à son tour, est touchée par la contestation populaire. Mais il ne manquera pas de rappeler que depuis quelques années, le régime était déjà ébranlé par une série d’événements mystérieux : attentats, assassinats, suicides maquillés… Enfin, il s’interrogera sur l’éventualité d’interventions extérieures. Car, dans cet «Orient compliqué », pour reprendre l’expression du général de Gaulle, la Syrie occupe une place à part. Et une révolution ne manquerait pas de chambouler toute la région… Mais qui y a vraiment intérêt ?

Excellente émission diffusée sur France Inter samedi 30 avril à écouter en cliquant ici.

Le téléphonne sonne : décrochez et… écoutez !

9 mai 2009

Cliquer sur le texte… et attendre un peu plus de 3minutes pour écouter « Le téléphone sonne » où j’étais invitée (jeudi 7 mai) sur France Inter à réagir sur le thème de l’Europe dans le monde, son identité, ses pouvoirs et son rôle après l’élection d’Obama…

Blog de campagne (7)

8 mai 2009

Vendredi 7 mai. Les élections sont dans un mois. Et j’émerge. Pas un blog depuis quelques jours : je n’ai pas pu ! À Strasbourg, on a toujours la tête sous l’eau. Il faut savoir garder son souffle, tenir. Et quand on refait surface, c’est avec les poumons prêts à éclater. Pourquoi ?

. D’abord parce que physiquement l’atmosphère est irrespirable. Je ne sais vraiment pas ce qu’ils mettent dans l’air conditionné, mais dans cette immense bulle de verre qui accueille des milliers de personnes, les trois quarts font des allergies. En moins d’une demi-heure j’ai les yeux qui me sortent de la tête, j’éternue par rafales et je me sens asphyxiée avec un début de crise d’asthme. Je ne suis pas la seule, tout le monde se plaint. C’est un moindre mal car Strasbourg, heureusement, c’est aussi autre chose.

. Parce que le volume de travail est considérable ! Quatre jours sans respiration, de huit heures à minuit. On court de réunion en réunion, on peaufine les compromis et quand on vote, c’est parfois des milliers d’amendements trois heures durant. Il m’est arrivé (chut !!!) de tomber endormie quelques minutes au milieu d’un vote -les antihistaminiques ont des effets ravageurs- et d’être réveillée brusquement par les coups de coude de mes deux voisins : à gauche, Alain Hutchinson, à droite, un Hongrois très paternel, Fasakas, qui tous deux veillent sur moi.

Cette session cependant était particulière. Sur le plan politique, elle était tendue. Plus question de compromis et la droite a marqué sa supériorité numérique :

- le rapport de la socialiste Edith Estrella, sur le congé parental (maternité/paternité) après accouchement a été renvoyé à la prochaine législature. C’est un échec pour nous,
- plusieurs rapports sur l’immigration ont été adoptés : ils ne sont pas franchement mauvais, mais les socialistes perdent presque tous leurs amendements, notamment sur les soins de santé aux clandestins,
- le rapport sur les droits de l’homme du socialiste espagnol Obiols passe haut la main,
- la condamnation des propos du pape sur le préservatif en Afrique est malheureusement balayée. Etc.

Pas de cadeau. Et on imagine un Parlement encore plus à droite à la prochaine législature ? Mes chers amis, de grâce, un sursaut !

Pour le reste, des petits miracles comme à chaque session. D’abord la longue visite d’un groupe de MJS de Verviers, mené par Malik. Ils ont vécu au même rythme que nous, c’est-à-dire au galop. Très gais tous et très intéressés. Autre petit miracle, le dernier «petit déjeuner de la Libre Pensée» de cette législature: on dresse ensemble les lignes de force d’une Europe laïque.

Le soir, dîner de célébration des parlementaires du groupe socialiste qui nous quittent. Beaucoup, et parmi les meilleurs, s’en vont. Parfois volontairement, mais ce n’est pas toujours le cas…

Au milieu du rush… mercredi en fin d’après-midi je suis revenue à Bruxelles pour le match Palestine-FC de Molenbeek, organisé pour le 60ème anniversaire de l’UNRWA. Course contre la montre pour arriver à temps : je rejoins les organisateurs sur la pelouse quelques minutes avant le coup d’envoi. Rencontre sportive émouvante. Oui, les Palestiniens ont perdu le match, mais ils ont gagné dans les cœurs. Comment s’entraîner ensemble, avoir une stratégie d’équipe, quand d’un village à l’autre des voisins peuvent à peine se parler ? Coup de chapeau à Philippe M. pour cette organisation. Je dors avec mon petit balluchon chez L. et réussis à me retrouver le lendemain à Strasbourg à 11h, bien avant les votes. Dure journée, à peine les votes terminés je reprends le train pour une émission sur France Inter «Le téléphone sonne». Gare du Nord, 22h00, plus de train pour Liège, seulement pour Bruxelles où M. m’attendra en voiture pour regagner la maison. Dodo à 1h30.

Debout ce matin à 6h30. Coiffeur. Oui. Crevée d’accord, moche non ! Avant la grande fête de l’Europe ce soir, trois heures de cours à l’ULG. Au programme : la directive service, la directive temps de travail, le cas Laval, la directive sur le détachement des travailleurs et la clause sociale horizontale.

Ça ne vous dit rien ? Attention, l’examen est… le 7 juin !!!

Je plaisante bien sûr. Pour les étudiants, l’examen a bien lieu, mais une semaine après les élections.

Véronique De Keyzer au « Téléphone sonne » jeudi 7 mai sur France Inter

6 mai 2009

En partenariat avec Le Monde et a un mois des élections… « Le téléphone sonne » de 19h20 à 20h00 pour s’interroger sur l’Europe dans le monde, son identité, ses pouvoirs et son rôle après l’élection d’Obama.

Invités :

. Alain Lamassoure, Député européen du PPE (Parti populaire européen),
. Véronique De Keyzer, Députée européenne belge Porte-parole du groupe socialiste pour les Affaires étrangères,
. Arnaud Leparmentier du Monde,
. Quentin Dickinson de France Inter

Une émission dirigée par Alain Bedouet.

Questions des auditeurs au 01 45 24 70 00 à partir de 17h00 ou toute la journée par Internet sur www.franceinter.com