Véronique De Keyser

Députée européenne et conseillère communale à Liège

Vice-Présidente du Groupe Socialistes et Démocrates du Parlement européen

Engagement du Parlement européen contre la fraude et l’évasion fiscales dans l’UE

12 décembre 2013

Délégation PS belge

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

12 décembre 2013 

Engagement du Parlement européen contre la fraude et l’évasion fiscales dans l’UE

 

Le Parlement européen a adopté une résolution ce midi en faveur d’un engagement mesurable et contraignant contre la fraude et l’évasion fiscales dans l’Union européenne.

La délégation PS belge qui avait été à l’origine de la demande se réjouit que l’Union européenne prenne enfin la mesure du coût de la fraude et de l’évasion fiscale dans l’Union européenne. Mille milliards d’euro sont annuellement soustraits aux recettes fiscales. Cela accroît le niveau d’endettement des Etats, détruit la possibilité de concurrence loyale entre les entreprises honnêtes et entreprises tricheuses: la fraude des grands fait payer les petits!

Ces fraudes déplacent la charge fiscale sur les travailleurs et les ménages à moyens et bas revenus. De plus elles contraignent les pouvoirs publics à procéder à des coupes dans les services publics. C’est inadmissible s’est indigné Marc Tarabella, l’euro député socialiste belge.

La, délégation PS belge souhaite que la Commission européenne d’introduire une série d’objectifs visant à réduire le manque à gagner fiscal aux niveaux européen et national. Elle   demande d’élargir les programmes de stabilité et de convergence en y incorporant les objectifs du manque à gagner fiscal.

Les conséquences de la fraude fiscale sont encore plus palpables dans les pays où la situation socio-économique est désastreuse. En Grèce par exemple, les grandes entreprises ont fait transférer hors du pays 60 milliards d’euro depuis le 1er janvier 2012 afin de bénéficier de privilèges fiscauxLe coût total de la fraude fiscale est plus élevé que l’ensemble des budgets de la santé cumulés de l’Union. L’arrêt de l’évasion fiscale permettrait d’effacer la totalité des déficits en seulement 9 ans. Il faut réagir! Une stratégie européenne cohérente, concrète et commune en matière de fiscalité ainsi que des mesures contraignantes sont indispensables explique Véronique De Keyser.

Pour Frédéric Daerden, en cette période où tous les citoyens ressentent dans leur vie quotidienne les effets de l’austérité, la fraude et l’évasion fiscale estimée à 1000 milliards d’euros par an est insupportable. On ne peut pas se contenter de déclarations d’intentions dans des « plans d’action » ou des « recommandations aux Etats membres. Il conviendrait d’intégrer de vrais objectifs contraignants de réduction de l’évasion fiscale dans le cadre du semestre européen ou de la stratégie UE 2020.

Il est urgent de rééquilibrer les recettes et les dépenses des Etats membres de l’Union européenne. La lutte contre la fraude permettrait de récupérer des moyens pour l’avenir, il reste au Conseil et à la Commission à saisir le message du Parlement européen.

Tragédie de Liège: Communiqué de presse – Parlement Européen

13 décembre 2011

« La délégation des parlementaires socialistes européens tient à assurer de sa solidarité les victimes ainsi que leur famille. Les mots manquent pour traduire la peine qui étreint chaque liégeois et chaque belge en cette journée noire.

Rien ne pourra jamais justifier la violence en général, et ce bain de sang en particulier.

Véronique De Keyser, Frédéric Daerden et Marc Tarabella apportent également leur soutien aux services de secours qui sont à pied d’œuvre à Liège.

Les eurodéputés espèrent enfin que la lumière soit faite le plus rapidement possible sur les circonstances de cette horrible tragédie. »

Les Députés socialistes européens interpelleront la Commission sur la fermeture du chaud à Liège

14 octobre 2011

Pas d’Europe pour les pauvres! Alors qu’est-ce qu’on en fait ?

30 septembre 2011

Mise en ligne sur Proxi-Liège le 28/09/2011.

La Cour de Justice de l’Union a donné raison à 6 Etats membres (Allemagne, Royaume-Uni, Pays Bas, Suède, Danemark et République tchèque) qui contestaient la légalité du Programme Européen d’Aide Alimentaire aux plus Démunis. Par conséquent, la Commission a dû réduire le budget de ce programme de 500 à 113 millions d’euros avec toutes les conséquences catastrophiques que cette décision implique pour les personnes en situation de pauvreté.

C’est avant tout une question de volonté politique. Et la volonté politique pour aider les plus démunis, c’est au Parlement européen et notamment au groupe socialiste, qui n’a eu de cesse ces dernières semaines d’enfoncer le clou, qu’elle s’est exprimée jusqu’à présent : de nombreuses interpellations des commissaires, une résolution, un amendement au budget 2012 et bientôt dans un rapport sur la plate-forme européenne contre la pauvreté, toujours pour demander qu’une solution soit trouvée de toute urgence.

Pour Frédéric Daerden, Eurodéputé en charge de l’écriture de ce rapport, « A l’heure où la stratégie UE2020 se donne pour objectif de réduire le nombre de pauvres de 20 millions, il serait hypocrite et scandaleux que les Etats membres continuent à refuser les solutions qui lui sont proposées par la Commission et tournent le dos une fois de plus au projet d’une Europe solidaire. Ce programme peut être financé, que ce soit via les politiques agricoles ou sociales de l’Union. »

« On ne peut accepter que 6 pays décident d’affamer des millions d’Européens. Si aucun dispositif transitoire de financement n’est décidé par les Etats membres, c’est une véritable catastrophe humanitaire qui pointe à l’horizon 2012. L’Europe doit prendre ses responsabilités, sans quoi elle se rendra complice de non-assistance à personnes en danger, » pour le membre de la commission de l’Agriculture, Marc Tarabella.

« L’Union européenne s’est fondée sur des valeurs de solidarité entre les pays et les peuples européens. Cette affaire est un nouvel exemple du repli sur soi en Europe, alors que les financements nécessaires à la continuité du programme existent, » s’est exclamée Véronique De Keyser. « L’hiver est proche, l’urgence est à nos portes. L’Europe doit trouver une solution si elle veut conserver la confiance de ses citoyens ! Et surtout si elle ne veut pas connaître un « printemps européen » comme celui que l’on a connu cette année sous le nom de « Printemps arabe » et qui n’est d’ailleurs pas terminé… »

La demande de la Palestine est légitime, estime à la quasi unanimité le Parlement européen ! Une victoire du bon sens et du droit international.

29 septembre 2011

Une politique d’austérité qui tuera croissance et emploi, voilà ce que la droite veut nous imposer !

23 juin 2011