Véronique De Keyser

Députée européenne et conseillère communale à Liège

Vice-Présidente du Groupe Socialistes et Démocrates du Parlement européen

Flottille Gaza : le bateau de Dubié stoppé

6 juillet 2011

Mardi 5 juillet 2011. Un bateau appartenant à la flottille pour Gaza a été stoppé une dizaine de minutes après son départ de Crète. A sa barre : Josy Dubié qui s’est dit « très fier ».

Un bateau canadien appartenant à la flottille pour Gaza, parti de Crète lundi après-midi, a été stoppé une dizaine de minutes après son départ par les garde-côtes grecs, a indiqué une militante organisatrice du groupe canadien à Athènes lors d’une conférence de presse.

« Le bateau a été investi par des garde-côtes armés une dizaine de minutes après son départ », a indiqué cette porte-parole. Le navire, baptisé le Tahrir, transportait une quarantaine de personnes, dont des Canadiens, des Français, des Italiens. Il a appareillé sans son capitaine qui risquait sinon de perdre sa licence. « Un passager, ancien sénateur belge, Josy Dubié, qui possédait une licence expirée, sert de capitaine et a dit qu’il assumait la responsabilité de cette action », a indiqué la militante. Quand les forces spéciales armées sont montées à bord, « une trentaine de passagers ont indiqué être le capitaine », selon Mme Arraf. L’arraisonnement s’est fait sans violence. Deux militants canadiens ont été interpellés lundi soir. Ils avaient mis à l’eau un kayak à l’approche du garde-côtes grec et s’étaient placés entre les deux bateaux, a expliqué Mme Arraf. Ils ont été arrêtés par les garde-côtes, sans toutefois faire encore l’objet de poursuites. Le maire du port d’Aghios Nikolaos s’efforce d’obtenir leur libération, a-t-elle ajouté.

« Je suis très fier »

Bien que la tentative ait avorté, Josy Dubié se disait hier toujours déterminé à atteindre son objectif : « Je suis très fier que nous ayons réussi à sortir le bateau du port sans entrave. Je répète que notre objectif est que l’aide arrive à Gaza par des moyens légaux ou illégaux, mais toujours non-violents », a-t-il expliqué, enthousiaste et inquiet. Cependant, selon un journaliste à bord du navire américain de la Flottille, « la Flottille ne partira pas cet été ».Toutes les solutions semblent avoir été épuisées.

Ces derniers jours, La Grèce a interdit depuis vendredi à tout bateau grec ou étranger de partir vers Gaza. Les autorités grecques ont motivé cette interdiction d’appareiller par la volonté de protéger les passagers de la Flottille. Le ministre des Affaires étrangères Stavros Lambrinidis a fait savoir qu’il ne voulait pas d’un nouveau bain de sang. Le 31 mai 2010, un affrontement entre des pro-Palestiniens embarqués à bord de la première Flottille pour Gaza et les troupes israéliennes avait fait neuf morts.

Comme en un lot de consolation, les Grecs comptent proposer à la Flottille d’acheminer à sa place l’aide humanitaire vers la Bande de Gaza. Cette démarche a reçu l’appui d’une poignée d’eurodéputées, hier à Strasbourg, parmi lesquelles la socialiste Véronique De Keyser et l’Ecolo Isabelle Durant. Elles demandent aux Grecs de négocier « avec les Nations unies un acheminement de l’aide humanitaire vers Gaza en toute sécurité et sans effusion de sang ».

(PASCAL MARTIN, M-Ph GAGNON HAMELIN (st), avec afp, belga)

De la crise européenne à l’Europe de la croissance : article paru dans Le Monde du 17 juin 2010

17 juin 2010


Point de vue
De la crise européenne à l’Europe de la croissance
LEMONDE.FR | 17.06.10 | 09h16
Sept députés du groupe des socialistes et démocrates au parlement européen

L’Europe subit une crise financière, économique et sociale sans précédent qui a conduit les gouvernements aux décisions du conseil des ministres des finances des 8 et 9 mai. Nous en sommes convaincus, ces décisions marquent un tournant dans notre histoire commune. Nous sommes lucides sur la profondeur de la crise que traverse notre continent qui se traduit d’ailleurs encore par la baisse de l’euro sur l’ensemble des marchés. Cette baisse est avant tout la conséquence de la faiblesse chronique du niveau de croissance européen par rapport aux autres zones économiques du monde.

Le risque, dans ce contexte, serait d’imposer uniquement une politique de sanctions renforcées et de coupes dévastatrices dans les budgets nationaux comme le souhaite la Commission européenne. Si la réduction des déficits budgétaires et de l’endettement des Etats est un objectif indispensable, cela doit se faire avec intelligence sur le moyen et le long terme et de manière coordonnée. Une accélération générale des plans d’austérité aurait pour conséquence de remettre en cause le peu de croissance qui existe aujourd’hui sur notre continent et détruirait des millions d’emplois supplémentaires. Car rien de solide et de soutenable dans l’avenir ne se fera sans rechercher les conditions d’un retour à la croissance à travers une politique budgétaire riche en investissements matériels et immatériels et capable de maintenir un système de protection sociale et de santé solide. Nous devons sortir de cette crise par le haut, et non en démantelant nos systèmes sociaux et en créant davantage de chômage.

A ce titre, notre continent subit de plein fouet les conséquences de la mondialisation avec la concurrence de plus en plus forte des pays dits émergents. Nous avons trop tardé à prendre les bonnes décisions face à cette mutation. Nous devons tourner la page, ouvrir après la conquête de la paix sur notre continent, celle de la maîtrise commune de notre destin dans le monde globalisé.

FAIRE PRÉVALOIR L’INTÉRÊT EUROPÉEN SUR LES INTÉRÊTS NATIONAUX

L’Europe a besoin d’une stratégie européenne pour la croissance à l’horizon de 2020. Nous devons tirer les conséquences de l’échec de la stratégie de Lisbonne en donnant à l’Europe les moyens de son ambition. Cette dynamique de croissance doit être créatrice d’emplois, génératrice d’innovations, en particulier dans le domaine de l’écologie. Elle doit s’appuyer sur une politique d’investissements européens dans les domaines du transport, de l’énergie, de l’alimentation et de la recherche.

La zone euro doit s’organiser, pas simplement avec une coordination économique mais par une véritable gouvernance politique qui est la seule à même d’assurer une cohérence économique sur notre continent. Aussi, nous ne pourrons pas accepter que les Etats réduisent le budget européen, et le Parlement, renforcé  par le traité de Lisbonne, devra peser de tout son poids pour faire prévaloir l’intérêt européen sur les intérêts nationaux. De même, nous poserons clairement la question d’une ressource propre pour l’Europe assise sur une base large pour un taux faible et neutre en termes de pression fiscale. Coopération fiscale au lieu de concurrence fiscale déloyale entre Etats membres, taxe carbone, base commune pour les impôts sur les sociétés, lutte efficace contre les paradis fiscaux et contre l’évasion fiscale, taxation sur les transactions financières sont autant de pistes nécessaires pour renforcer les budgets de nos Etats et éviter une austérité budgétaire excessive.

Nous avons le choix, mais il faut trancher cette question rapidement pour donner une impulsion nouvelle à l’Union européenne. Un budget européen fort doit s’accompagner d’une nouvelle organisation en donnant un rôle accru à la Banque européenne d’investissement, en articulant une vraie complémentarité entre budgets nationaux et budget européen.

A cet égard, les chefs d’Etat et de gouvernement qui devaient se réunir le 16 juin à Bruxelles doivent prendre des décisions courageuses et visionnaires qui forgeront l’avenir de notre espace commun pendant des années. Espérons qu’ils soient à la hauteur de ce moment historique.

Stéphane Le Foll, vice-président du groupe S&D France ;
Kader Arif, porte-parole du groupe S&D pour le commerce international, France ;
Stephen Hughes, vice-président du groupe S&D, Royaume-Uni ;
Evelyne Gebhardt, porte-parole du groupe S&D pour le marché intérieur et la protection des consommateurs, Allemagne ;
Véronique de Keyser, vice-présidente du groupe S&D, Belgique ;
Alejandro Cercas, porte-parole du groupe S&D pour l’emploi et les affaires sociales, Espagne ;
Stavros Lambrinidis, vice-président du Parlement européen, Grèce.